Accueil > e-Information > Ressources et médias

Produire ses propres ressources numériques

lundi 17 septembre 2012, par Bréda Isabelle

Les conférences sonores de Orme 2.12 : François Villemonteix, Université Cergy-Pontoise

François Villemonteix, mars 2012 :
Quels que soient les contextes dans lesquels les enseignants travaillent, ils produisent des ressources pour faire classe, ce constat restant valide lorsqu’ils font usage d’outils informatisés. Ces ressources ont tendance à rester locales, les enseignants se questionnent quant à leur légitimité et leur production réclame un degré de maîtrise des environnements informatisés non négligeable pour faire face aux aléas. Mon intervention interroge les conditions de production à partir de recherches en cours (Villemonteix, 2012, [à paraître] ; Villemonteix, Khaneboubi, 2012 [à paraître]), les modes de conception mis en œuvre et les dimensions du rapport que les enseignants entretiennent avec ce produit de leur création.
L’appropriation d’une instrumentation numérique s’accomplit dans le cadre d’un processus classique en plusieurs étapes : entrée, adoption, adaptation, appropriation et invention (Sandholtz, 1997). Dans cette perspective, la première dimension est instrumentale et renvoie à la capacité personnelle de production au moyen d’outils informatisés. Elle interroge les facteurs qui soutiennent l’activité de production pour qu’elle soit durable et les problèmes qu’elle sous-tend.
La deuxième est d’ordre institutionnel et concerne la légitimation des ressources et des activités dans lesquelles elles sont utilisées. Comme le soulignent Baron et Bruillard, si les principes d’efficacité guident l’appropriation individuelle, des considérations de compatibilité et de légitimité interviennent dans le champ qui nous intéresse (Baron & Bruillard, 2004). La troisième est d’ordre identitaire et porte sur les conditions d’une diffusion élargie des ressources produites. Souvent locales, leur cycle de vie demeure très court ce qui crée un effet de surabondance (Bruillard & Villemonteix, 2011). Comment augmenter le cycle de vie des ressources produites en les inscrivant dans un mouvement plus large d’échange, de réutilisation et de modification ? Quels pourraient être les rôles de l’institution éducative et des collectifs d’enseignants producteurs de ressources dans cette perspective (Quentin, 2012 ; Nguyen & Bruillard, 2011) ?

MP3 - 26.6 Mo

Écoutez la conférence de François Villemonteix à Orme 2.12 (28 minutes)
Maître de conférences à l’université de Cergy-Pontoise, membre du laboratoire École, Mutations et Apprentissages (EMA), ancien IEN et conseiller TICE adjoint du recteur de Créteil, François Villemonteix travaille sur les acteurs des faits éducatifs intervenant dans les processus d’intégration et de diffusion des technologies en éducation, les apprentissages et compétences des enseignants et des élèves, perceptibles dans les usages d’outils informatiques, les systèmes d’activité instrumentée par les TIC en milieu éducatif, notamment dans le cadre de la formation des enseignants.

Pour aller plus loin

- Baron, G. L., & Bruillard, E. (2004). Quelques réflexions autour des phénomènes de scolarisation des technologies. Entre technique et pédagogie. La création de contenus multimédias pour l’enseignement et la formation, 154–162.
- Bruillard, E., & Villemonteix, F. (2011). Les communautés en ligne d’enseignants, nouveaux modes d’organisation et de production. Mercredis de Créteil. Université Paris 8. Consulté de http://stream.ac-creteil.fr/play2.php?vid=1205
- Nguyen, T. H. T., & Bruillard, E. (2011). Exchanging digital educational resources among teachers : a survey in Vietnam. Consulté 7 février 2012, de http://www.telearn.org/open-archive/browse?resource=6649_v1
- Quentin, I. (2012). Les structures associatives en éducation. Consulté 27 février 2012, de http://isabellequentin.wordpress.com/liste-des-reseaux-denseignants/
- Sandholtz, J. H. (1997). La classe branchée : Enseigner à l’ère des technologies. Centre National de Documentation Pédagogique (CNDP), Paris.